Notes Chapitre 17 :

D' Orlamonde en Palais Maeterlinck

Après 1973, la villa est mise en vente par Monsieur Van Goitsenhoven, filleul et héritier de la Comtesse. De nombreux squatters y éliront domicile et des vandales de toutes sortes, casseront, voleront le marbre, les parquets, la robinetterie, les grilles en fer forgé.
L’entreprise Jean Spada, que dirige à Nice Monsieur Paul Noiret, prendra en charge la restauration de la villa, pour Monsieur Van Goitsenhoven qui tente l’aventure de la promotion immobilière avec un associé. Deux frères d’origine lyonnaise, Robert et Guy Rabatel en assurent la commercialisation.
Le chantier, placé sous le contrôle de l’Architecte des Bâtiments de France et du Ministère des Affaires Culturelles, représente un investissement de 60 millions de francs de l’époque. Les architectes Honoré Toscan et André Bianchéri, le décorateur Jean-Claude Rossi, vont œuvrer à cet ensemble immobilier. Les travaux sont terminés le 8 novembre 1982 et le certificat de conformité délivré le 24 mars 1983.
"ORLAMONDE" devient alors "Le Palais MAETERLINCK".
En 1988, Henri Ferdinand Lavanchy, citoyen suisse qui a fait fortune avec la société Adia dans le travail temporaire, voit une annonce publicitaire pour la vente de ces appartements au Cap de Nice. Alors qu’il est en voyage à l’étranger, il y envoie son épouse pour découvrir les lieux. Elle trouve l’endroit charmant et lui en fait part. A son retour, il visite les lieux et tout comme son épouse, il a un coup de cœur. Il achète alors tous les appartements non encore vendus. Lui qui à sa retraite a acheté entre Genève et Lausanne un club de golf sous le label de Club de Bonmont, ainsi que d’autres en Espagne et au Paraguay, veut transformer Le Palais Maeterlinck en club privé mais cette fois-ci nautique. Pour cela il achète un voilier de 18 mètres identique à celui qu’il possède déjà sur le lac Léman, rapatrie ce dernier, fait construire un port devant cet ensemble immobilier. Cette tentative de Club de Bonmont nautique durera deux ans, après lesquels M. Lavanchy optera pour un ensemble hôtelier. Il fera alors construire dix chambres supplémentaires, un bar et un restaurant. Ce complexe hôtelier comprendra en tout dix chambres, dix duplex (chambre et salon), et dix appartements faits de deux, trois ou quatre chambres, salon et cuisine aménagée.
Dans cet ensemble M. Lavanchy possédera 85 % de la copropriété. Sept autres propriétaires privilégiés profiteront de ce lieu merveilleux face à la grande bleue.
"L’HOTEL PALAIS MAETERLINCK" était né.

Note : Vendu fin 2008 il est transformé en appartements.